(Re)visionnez le webinar "Tout savoir sur le commerce omnicanal" J'ACCÈDE AU REPLAY

L’évolution (ou révolution) du e-commerce en France depuis 2000

Tendances

Virginie Bruel
De Virginie Bruel / Le 29 mars 2018 / 6 min

Acheter en un clic n’a jamais été aussi simple et rapide. Depuis notre canapé ou dans le train, rien ne nous empêche dorénavant de faire nos achats en toute liberté. Ainsi, les grandes enseignes ont dû s’adapter et accepter que vente en ligne n’était pas antinomique avec vente en magasin, bien au contraire !

 

1 – Le comportement des acheteurs : de plus en plus connectés, de plus en plus mobiles

Le succès du e-commerce s’explique en partie par une hausse logique de l’équipement des ménages qui s’abonnent de plus en plus à internet. Si dans les années 90 l’accès à internet était réservé au domaine du professionnel, une vingtaine d’années plus tard c’est seulement 12% des ménages qui ne sont pas connectés.

Aussi, il est impressionnant de constater que cette évolution a été fulgurante puisque nous sommes passés d’une société dans laquelle seulement 12% des foyers avaient internet en 2000, à 88% en seulement 15 ans.

Téléchargez l'infographie : L'évolution du e-commerce depuis 2000

Par ailleurs, se connecter n’a jamais été aussi simple puisqu’il est possible de le faire n’importe où et n’importe quand grâce à son mobile. Aussi, il n’est pas étonnant de constater qu’en 2016 le mobile est le device le plus utilisé pour se connecter à internet.

Mais l’ordinateur a encore de très beaux jours devant lui puisque la version desktop séduit encore 23,8% des internautes. Et l’écart se creuse ensuite avec l’utilisation de tablette, support hybride entre l’ordinateur et le mobile…

L'ordinateur reste encore le premier device en terme d'achat en ligne

2 - L’explosion d’internet a indéniablement changé le monde du commerce et les habitudes des consommateurs.

2.1 - Les prémices de la vente en ligne

Et dire que tout débuta à l’été 1994 avec l’américain Phil Brandenberger qui passa la première commande internet. D’un simple clic, il modifia le commerce mondial puisque ce clic en entraîna très vite des milliards.

Et cela, c’est Jeff Bezos qui le comprit en expédiant sa première commande en 1995, le désormais mythique Fluid Concepts and Creative Analogies, du scientifique américain Douglas Hofstader. Son chiffre d'affaires mensuel est alors de 20000 dollars. Très vite, les grandes marques commencent à lancer leur site internet.

2.2 - L’avènement du e-commerce mondial

Les années 2000 sont marquées par l’arrivée en France du géant Google qui en un an à peine recense près de 35% des recherches internet…

A partir de cet instant l’évolution d’internet mais aussi des habitudes de consommation changent très vite : la musique n’est plus uniquement sous forme de CD, mais devient virtuelle avec le lancement en 2003 de la plateforme de musique d’Apple, iTunes.

Vient ensuite l’émergence du commerce de consommateur à consommateur avec la naissance du site Le Bon Coin qui concurrencera et dépassera même ebay. Après la musique, c’est au cinéma et aux séries de devenir virtuelles puisqu’en 2007, Netflix change son business model en cessant la location de DVD par correspondance pour proposer des films et des séries en flux continu sur Internet.

2.3 - L’économie collaborative et la dématérialisation de e-commerce

En 2011, Airbnb franchit le cap des 10 millionièmes nuitées réservées dans le monde… L’économie collaborative a ainsi de beaux-jours devant elle ! Pour finir, preuve qu’il peut être dangereux d’opposer magasin physique et e-commerce, puisqu’en 2012, la SNCF annonce que la e-réservation de billet de train est supérieure à l’achat de billet au guichet…

Les acteurs du tourisme ont été les permiers à se lancer dans la vente en ligne

3 - Et si le changement d’habitude de consommation des français faisait le bonheur des retailers ?

En effet, en à peine 16 années, le CA du e-commerce passe de 0,7 milliards d’euros à 72 milliards en France. Une croissance incroyable quand on sait qu’en un an, entre 2015 et 2016, cette hausse est de 15%.

Quels sont les domaines d’activités qui profitent du succès du e-commerce ? Et surtout quels sont ceux qui rencontrent le plus de succès auprès des acheteurs en ligne ?

Le top 3 est marqué par d’importants écarts puisque le secteur de l’habillement arrive en tête avec 59% d’acheteurs en ligne, en 2e position et loin derrière nous retrouvons 49% d’e-acheteurs de bien culturels puis arrivent ex aequo avec 39% d’acheteurs les secteurs des chaussures et des produits électroménagers.

Ensuite les e-acheteurs se regroupent dans un mouchoir de poche :

  • 38% qui réservent leurs voyages sur internet
  • 37% qui craquent pour des produits de beauté
  • 36% qui se font plaisir en achetant des jeux et des jouets.

La dernière place de ce top 10 est occupée par l’alimentaire puisque que seulement 21% de e-acheteurs font leurs courses alimentaires sur internet.

4 - Et quelle est la tendance au-delà de nos frontières ?

Est-ce que la France et les Français sont aussi connectés voire davantage que leurs voisins et est-ce que le e-commerce rencontre plus ou moins de succès que ceux de nos voisins ?

4.1 - Le commerce en ligne français à l’échelle européenne

Par rapport à l’échelle européenne la France n’a pas à rougir puisque si 84% des européens disposent d’une connexion internet, c’est 88% des français qui sont connectés à internet. Même en matière de vente sur internet nous remportons le match puisque 66% des français achètent sur internet vs 55% des internautes européens creusant ainsi un écart de 11%...

Le e-commerce en France reste en retard par rapport à l'Angleterre

4.2 - Quelles sont les tendances en matière de Retail

Cependant, après s’être intéressé aux européennes et à leurs habitudes de consommation, quelle est la tendance cette fois-ci des retailers ? Quel pays de l’Union Européenne abrite les grandes enseignes générant le CA le plus élevé ?

Le grand vainqueur est sans contexte le Royaume-Unis puisque le chiffre d’affaire du BtoC (toute catégorie) représente 174 milliard d’euros. En 2e position (et loin derrière) se trouve l’Allemagne suivi de la France avec respectivement 77,9 et 72 milliards d’euro de chiffre d’affaires e-commerce.

Au pied du podium et loin derrière le 3e pays, se trouve l’Espagne avec un CA de 23,9 milliards d’euros, lequel est talonné de près par les pays-bas & l’Italie avec 20,2 milliards et 19,9 milliards d’euros de CA.

5 - Le futur du e-commerce

Au vu de ces rapides et spectaculaires évolutions touchant aussi bien la société que le monde des professionnels du retail, peut-on oser imaginer le futur du e-commerce ?

Si nous ne pouvons pas le prédire, nous pouvons cependant nous amuser à deviner quelles transformations seraient susceptibles de répondre aux attentes des consommateurs.

5.1 - La montée en puissance du m-commerce

A l’heure actuelle, 26% des français utilisent uniquement leurs mobiles pour surfer sur internet. Aussi il est logique d’imaginer la multiplication des applications mobiles permettant ainsi aux clients une navigation idéale et optimale avec un site adapté à son mobile, la possibilité de payer facilement et rapidement sans avoir à sortir sa carte bancaire et avec un espace client.

5.2 - Le social shopping pour améliorer l’expérience d’achat

Ensuite, toujours dans un esprit de mobilité, les réseaux sociaux deviendraient de nouvelles plateformes de shopping permettant aux abonnés d’acheter aussi sur leurs plateformes collaboratives préférées. Sans surprise, si 25% des français souhaitent pouvoir consommer facilement & rapidement sur les divers réseaux sociaux, cette proportion représente près de la moitié des 18-35 ans, soit 45%.

5.3 - Les attentes et les besoins des clients en matière d’e-commerce

Mais nous pouvons surtout présager que les consommateurs attendent une expérience client toujours plus fluide et personnalisée. Connaitre son client en maitrisant ses habitudes, ses goûts pour lui proposer des articles similaires, voire des services et offrir ainsi un service personnalisé et premium.

De même que l’acte d’achat, les clients souhaitent recevoir des publicités ciblées et personnalisées leurs permettant ainsi de bénéficier de promotions, d’offres ou d’actualités correspondant à leur profil, desiderata ou encore budget.

Pour finir, les clients veulent simplement bénéficier d’une expérience sans aucune frontière entre le magasin et le site e-commerce. En effet, d’un point de vue client, une enseigne ou une marque est exactement la même qu’il soit en magasin ou sur un site internet. Peu importe les contraintes et autres problématiques internes, un client veut un acte d’achat 100% fluide et sans aucune barrière, c’est ça l’omnicanalité !

Sources : E-stat, Médiamétrie, L’Expansion - l’Express, Baromètre FEVAD/CSA Janvier 2017, Havas Paris – PRW Opinionway

 

Téléchargez l'infographie  L'EVOLUTION DU E-COMMERCE DEPUIS 2000 JE TÉLÉCHARGE
Virginie Bruel
Écrit par

Virginie Bruel

Virginie is Head of Marketing. Passionate about marketing and communication, she spent 20 years in agencies before joining Proximis to manage the MarCom team.

Laisser nous un commentaire
Share
Télécharger notre livre blanc : comment réinventer le futur du e-commerce ?