(Re)visionnez le webinar "Tout savoir sur le commerce omnicanal" J'ACCÈDE AU REPLAY

ONE TO ONE Monaco 2019 : 7 repères en faveur d’un commerce unifié

Trends

Elise Karamujic
De Elise Karamujic / Le 1 avril 2019 / 2 min
En ce début de printemps, pour qui s’intéresse au commerce unifié (un commerce articulé autour des seuls intérêts du consommateur, sans cloisonnements entre le monde physique et le web) l’édition 2019 du One To One Retail E-Commerce était un incontournable.
Le salon monégasque a compilé une somme d’initiatives intéressantes : un aperçu en 7 anecdotes.

Instagram a choisi le jour de l’ouverture des portes, pour annoncer qu’il lançait un moyen de paiement in-app*. Ce programme bêta, pour l’instant testé aux Etats-Unis, s’appuie déjà sur 23 marques. Confronté à la photo d’un produit qui lui fait envie, l’utilisateur pourra procéder à l’achat sans quitter le réseau social.
Instagram, qui appartient à Facebook, affiche plus d’un milliard d’utilisateurs.

• Lors de sa plénière, Google a rappelé trois chiffres-clefs qui confirment l’importance de la personnalisation : les recherches associant les termes « Open Now » et « Near Me » ont été multipliées par 3. Les consommateurs sont 59% à souhaiter que leurs informations de livraison et de paiement soient enregistrées. Et 58% à espérer des promotions fondées sur leur historique d’achat.

• Google, toujours, a lancé officiellement « Shopping Actions » en France, avec plusieurs enseignes telles qu’Auchan, Fnac Darty, Carrefour, Lacoste… qui le testaient depuis l’automne dernier. Le programme est désormais ouvert à tous les marchands. De nouveaux boutons « Acheter avec Google » sont en train d’apparaître sur le comparateur de prix Google Shopping : ils permettent de conclure l’achat immédiatement, au lieu d’être redirigé vers le site marchand partenaire.

• La livraison reste un point-clef dans le parcours d’achat - et un point de douleur, trop souvent ! On a assisté cette année à la première keynote d’un transporteur à Monaco, il était temps ! Chronopost a indiqué, entre autres, que la France était un « pays du point-relais » et listé les trois secteurs les plus performants de l’e-commerce français : « la mode, les chaussures et les produits de beauté. »

• Le groupe Mulliez a évoqué son « Fashion Cube », un incubateur interne dont la mission est de « réinventer le modèle de retail du textile » : « produire à la demande, livrer là où se trouve le client, quitte à se passer de magasin, être 100% environment friendly, le textile étant la seconde industrie la plus polluante au monde ».

• Le nombre de points de contact, sur le parcours d’achat, continue d’augmenter, ainsi que la durée de ce parcours : plus de 120 points de contact pour la beauté (avec un parcours d’achat de 55 jours), plus de 100 pour la mode (50 jours) et plus de 35 pour l’électronique (34 jours).**

• Le paiement, étape-clef s’il en est, s’apprête à être modifié par la DSP2, dont les normes techniques réglementaires vont entrer en vigueur en septembre prochain. La Fevad a présenté les nouveautés principales, et notamment l’authentification forte systématique (ou presque) pour tous les paiements à distance.

Quant à l’équipe de Proximis, elle était présente sur le salon et a eu le plaisir d’entendre l’un de ses clients, Jacques Baudoz, président de Jouéclub, détailler en plénière la stratégie de commerce unifié du groupe. Le client est heureux… et en interne, la gestion du SI et la cohérence du web marketing ont fait un grand bond en avant.

(*) Communiqué de presse : https://instagram-press.com/blog/2019/03/19/instagram-checkout/
(**) Chiffres : ThinkWithGoogleFR (@TWGoogleFR)
Elise Karamujic
Écrit par

Elise Karamujic

Elise has been a marketing specialist for 8 years in the software industry. She is passionate about retail and digital innovation.

Laisser nous un commentaire
Share
Webinar pourquoi votre plateforme actuelle ne vous permet pas de faire du commerce unifié ?